Logo Facebook Leclerc Assurances
1 800 567-0927

Écrivez-nous

Trop de neige sur le toit? Danger!

Le sport national en hiver au Québec, c’est le pelletage de neige.  Surtout certaines années où les chutes de neige se veulent très abondantes.

Habituellement, après avoir déblayé l’auto, l’allée, les marches, on ne se cherche pas d’autres tâches à faire, c’est pourquoi nous négligeons souvent le toit de notre demeure.  Mais saviez vous que :

  • La neige, ça a un certain poids et lorsque la charge devient importante, elle peut affecter la structure de votre toit.  Comment faire pour savoir si celui-ci subit un certain stress?  Surveillez les renflements dans le plafond, les fissures dans les murs et les fuites inattendues.
  • La neige, ça finit aussi toujours par fondre et lorsque cela arrive, il faut porter attention aux risques de dégâts d’eau ou aux barrages de glace qui se forment lorsque ça gèle à nouveau. Ces derniers empêcheront l’eau de circuler en la tenant emprisonnée sous les bardeaux et dans la structure intérieure du toit, par exemple.  Cela peut entraîner des dommages plutôt coûteux.  Attention ici :  Il peut être difficile de repérer les barrages de glace car la couche de neige supérieure reste souvent intacte. Parfois, les dommages n’apparaissent qu’au printemps.  Il peut y avoir une très petite fuite qui n’attire pas l’attention, et ce, pendant des semaines ou des mois.  Sachez qu’il faut juste assez d’eau pour humidifier un mur sec ou le plâtre d’un plafond et ainsi causer des taches et éventuellement une croissance microbienne et / ou des dommages structurels.
  • En dernier lieu, les gouttières et les tuyaux de descente sont aussi grandement sollicités lorsque la neige exerce une certaine pression.

Si vous décidez de déneiger votre toiture vous-même, il est recommandé d’utiliser une pelle à toiture munie d’un manche télescopique pour la déneiger à partir du sol.

Sachez, toutefois, qu’il s’agit d’une opération risquée autant pour les personnes qui décident d’aller sur le toit que pour celles qui circulent aux alentours. Hormis les risques de chute, il faut aussi considérer la proximité d’installations électriques.

À bien y penser, il vaut probablement mieux faire appel à des spécialistes.


Jackie Beaudoin, Leclerc Assurances et Services Financiers
Source : Régie du bâtiment du Québec