Logo Facebook Leclerc Assurances
1 800 567-0927

Écrivez-nous

Mésaventures de nomades

Nous sommes les Doyle-Désy, une famille qui a décidé de tout laisser pour vivre sur les routes. Depuis juin 2016, nous habitons et découvrons le monde à bord de notre maison roulante.

Bien que le fait de vivre sur la route nous apporte aventures, découvertes et rencontres inoubliables, il reste qu’il est difficile de tout prévoir et nous nous retrouvons parfois à vivre des situations générant une bonne dose de stress.

Voici quelques cas vécus. Rien de bien grave et nous en rions maintenant, mais sur le moment, nous aurions souhaité les éviter.

Une explosion de fruits

En tant que débutants sur la route, nous avons vécu des erreurs communes à la plupart des nouveaux conducteurs de motorisé. Des portes d’armoires ou de réfrigérateur qui ouvrent, ça arrive à tout le monde, mais nous remportons la palme avec un melon d’eau tout rond et, bien mûr, oublié sur le comptoir au moment de prendre la route.

Quelques minutes ont suffi à nous prouver que ce fruit peut littéralement exploser en tombant au sol.

Surpris par la marée

Au Texas, il est fréquent de pouvoir rouler sur la plage et même d’y passer la nuit. Intéressés par l’expérience, nous avions pris soin de vérifier les heures de marées et de visiter la plage lors de la marée haute afin de valider l’espace à respecter et la dureté du sable.

La première nuit s’est déroulée sans problème, mais c’est aux premières lueurs du deuxième matin que nous avons eu la surprise de voir les vagues venir lécher nos pneus. C’est avec empressement et quelques sueurs froides que nous avons réussi à quitter la plage; heureusement, sans rester embourbés. Ouf!

Coincés sur une route

Même si notre motorisé est considéré comme un petit format, certaines routes se révèlent impraticables et c’est souvent sur place que nous constatons la situation.  Ce fut le cas pour une route secondaire du Mexique, traversée par des creux en forme de « v » servant à évacuer l’eau. Impossible pour nous de passer sans que l’arrière du véhicule ne frotte au sol!

Nous avons eu droit à un attroupement de Mexicains essayant de nous aider en donnant, chacun, leur opinion.  Finalement, c’est un bon samaritain qui a enfourché sa moto pour nous amener à une autre route qui débouchait sur notre destination.

Un tuyau qui fend

Notre mésaventure la plus désagréable reste celle des réservoirs des eaux grises et noires. Ceux-ci étaient extra pleins alors nous avons dû trouver un camping qui offrait les installations pour faire la vidange.

À peine l’opération débutée, j’entends mon conjoint dire des gros mots. (Ce qui est très rare…) La raison était que le tuyau avait fendu et tout le contenu du réservoir des eaux noires s’était répandu sur le sol.  Cette opération, qui ne devait prendre que quelques minutes, s’est transformée en un grand nettoyage plutôt gênant.

La vie en motorisé est un perpétuel apprentissage. Nous pouvons faire tout ce qui est en notre pouvoir afin de pallier aux imprévus, il y aura inévitablement des moments déstabilisants. Il suffit d’être prêts à les accepter, le défi étant de garder le sourire pour pouvoir ensuite en rire.

Les Doyle-Désy,
ambassadeurs nomades Leclerc

Ne manquez pas la suite des aventures des Doyle-Désy dans notre prochaine chronique mensuelle. Visitez roulersavie.com